Stephane Deguilhen est né le 10 Avril 1969 à Arles.
C’est un sculpteur contemporain qui vit et travaille en Corse d’où il est originaire.

De formation scientifique en Physique Chimie , Il débute une carrière dans l’éducation nationale à la fin des années 1990.

Sentant que sa vocation est ailleurs il met un fin à cette activité pour se lancer dans une carrière de sculpteur autodidacte au début des années 2000 .
Il qualifiera lui même plus tard ce virage comme « L’odyssée d’une énergie nouvelle « .

A travers les animaux sauvages qu’il observe , son travail se porte sur la notion de Force et de mouvement.
il est spécialisé dans le travail à la taille directe.

En 2009 il expose pour le Salon d’Automne « Art en Capital » au Grand Palais à Paris avec la Société des Artistes Français.
Il présente alors une œuvre intitulée « le Taureau d’Archigna « .
Il s’agit d’une tête de Taureau en bronze issue d’une racine de bruyère réalisée par la technique de la fonte à la cire perdue.
Cette œuvre qui deviendra emblématique est à l’origine de son concept de la forme préexistante des racines qui consiste à interpréter les formes existantes naturelles végétales ou minérales.

En 2011 son travail est reconnu par la Société Nationale des Beaux Arts qui lui décerne une médaille de bronze à l’occasion du salon Annuel au Carrousel du Louvre.

Il réalise en 2012 un Bronze Monumental en hommage à Antoine de Saint Exupéry pour la ville de Sarcelles.

Année 2014 il rentre dans la collection de Jacques Ginepro qui fait l’acquisition de la sculpture intitulée « Taureau chargeant « .
Il s’agit d’une sculpture réalisée dans du noyer massif avec la technique de la taille directe.

Il débute une carrière internationale officielle en 2015 en participant à l’Exposition Universelle de Milan sous pavillon Italien où il présente l’ensemble de ses travaux.

C’est aussi l’année où suite à une blessure au bras avec un ciseau à bois , il est immobilisé pendant plusieurs mois il explore la technique de modelage et réalise ses premiers travaux sur l’argile et la cire.
Parmi ses créations on peut noter une série de 6 guépards qui en réalité représentent le même animal en mouvement à différents intervalles de la Course.

Année 2019 une nouvelle œuvre « La Panthère Noire » lui vaut une reconnaissance par la Royal British Society of Artists.
L’œuvre sera exposée à Londres dans le cadre de l’exposition Annuelle.

Il s’agit d’une sculpture en bronze noir reposant sur 3 appuis représentant l’animal en mouvement décrivant un arc de cercle.
L’accent est à nouveau mis sur les lignes de force et les éléments transitoires.
La réflexion est basée sur un point d’équilibre en limite de rupture.
D’après Son père Jaques Deguilhen professeur de dessin et d’Art Plastique cette pièce persécute la réalité naturaliste afin de la faire disparaître au profit d’une démarche constructive complexe qui valorise l’idée que l’on a d’une chose .